Cet article est PEGI 18, ok ?

J'étais là, tranquille, en train de jouer à L.A. Noire (comme tout le monde), quand soudain, j'eus une fulgurance : "C'est bien les jeux adultes !". Voilà, comme ça, c'est sorti tout seul.

Puis d'un coup, je me suis fait un petit historique de mon aventure avec Rockstar (toujours dans ma tête), et avant même de penser à un quelconque imaginaire violent, je me suis souvenu que leurs jeux étaient pratiquement tous interdits aux moins de 18 ans.

Là, bien sûr, j'ai fait pause, et j'ai commencé à écrire le texte que vous avez sous les yeux. Parce que cette anecdote m'en a rappelé plein d'autres.

Le premier jeu "réellement" interdit aux mineurs que j'ai acheté, c'était "The Getaway" sur Playstation 2, et c'était à la limite de l'argument de vente. Y'avait un sticker sur la boîte pour bien dire que ce jeu n'était pas pour tout le monde. Et pourtant, en mon for intérieur, je savais pertinemment que si un ado voulait acheter ce jeu, il pourrait le faire. Je n'ai jamais vu un vendeur ou un caissier demander une carte d'identité pour ça. JAMAIS ! (Par contre, Moossye a vécu son moment de gloire...)

Alors que moi, je me suis fait refouler d'un cinéma en tentant d'aller voir Terminator 2 à l'âge de 11 ans et 8 mois (alors qu'il était interdit au moins de 12 ans), j'ai vu plus tard des jeunes autour de moi jouer à Resident Evil ou Modern Warfare 2. Et à chaque fois, je disais aux parents "Vous savez que ce jeu est interdit aux mineurs ?"

Attention, c'est pas pour autant que d'un coup, j'appelle la DASS pour séparer amicalement une famille, mais à chaque fois, je rappelle que c'est pas pour rien qu'il y a un contrôle parental sur les consoles modernes, et même (argument imparable) qu'on peut accorder une limite de temps de jeu quotidien ou hebdomadaire, pour être bien certain que l'enfant aura plus tard son baccalauréat avec mention et qu'il deviendra chirurgien ou réalisateur.

Et généralement, on me dit "OK".
Et il ne se passe rien de concret après.

Bon, ça, c'est pas grave. Ce qui m'embête, c'est que si le contrôle parental était mis en avant par les constructeurs comme un véritable argument de vente, les choses changeraient peut-être. Parce que bon, c'est bien gentil de nous dire que la jolie maman de 29 ans qui vient d'avoir un bébé voudrait bien raffermir son ventre avec Wii Fit Plus, mais c'est pas avec ça qu'on fait avancer les choses.

Personnellement, je ne pense pas qu'un jeu violent puisse déclencher une pulsion meurtrière. Peut être qu'il la conforte, ou peut être qu'il la canalise : je n'ai pas les compétences pour le dire. Mais ce que je veux, ce sont des jeux POUR MOI. Donc, des jeux pensés par des adultes pour un public adulte, et qui auront un PEGI 16 ou un PEGI 18 "utile" à la fin. Est-ce trop demander ???

Papas, Mamans, vous savez ce qu'il vous reste à faire...

| Par Spry, le 27 mai 2011 | Critiques | 8 commentaires »

  • N’oublions pas que le classement PEGI n’est (pour l’instant) ni issu d’un organisme étatique, ni officiel et qu’il n’interdit pas du coup à quiconque de vendre un jeu à un enfant dont l’âge est inférieur à cette recommandation 😉

    Comme quoi il en reste du chemin à faire dans le monde des jeux vidéo, bravo pour le passage sur le verrouillage parental, c’est triste qu’il ne serve pas un peu avec les gosses de 8 ans par exemple..

  • Linker mon blog d’il y a 4 ans… Tu es sans pitié.

  • Je ne trouve pas de réelle utilité à PEGI personnellement…J’ai sous les mains Dragon Quest 6, j’ai jeté un oeil par hasard et il est conseillé aux plus de 12 ans. Les causes ? Violence, jeux de hasard, langage grossier. Ok donc tuer des monstres pour sauver le monde c’est de la violence, le langage grossier c’est le plus WTF vu qu’il n’y a rien du tout de ce genre…Et si la mère soucieuse refusait l’achat à son fils de 10 ans ? Pour moi ce serait vraiment n’importe quoi. Bref, fermons la parenthèse DQ6.

    C’est étrange que tu veuilles des jeux estampillés 18+, ok j’avoue qu’avec le temps ma ludothèque en est remplie, mais ce n’est pas ça qui me fera acheter le jeu. Et idem, c’est étrange que tu veuilles que les parents surveillent tout ça, GTA étant sorti en 97 j’avais 11 ans, et j’y jouais pour tuer des gens, brûler des voitures…Si on me l’avait interdit j’aurais jamais compris pourquoi :s
    Idem pour le temps de jeu, du moment que le gosse bosse à l’école, qu’il joue 5h par jour ne me dérangerait pas…

    Au final je pense que c’est à l’enfant de choisir ses jeux, il est le plus au courant et le plus à même de savoir ce qu’il peut apprécier/détester. Par exemple je n’achetais pas de Resident Evil car je savais que je flipperais, j’avais pas besoin qu’on me mette un sticker « FEAR ! ».

  • @Seb J’ai tout de même une petite question : est ce vraiment le PEGI (et donc, entre autre, les contenus violents / grossiers / à tendance sexuelle) qui fait qu’un jeu est « adulte » ? (sous entendu « mature »). Et est ce que « jeu pour adulte » et « jeu adulte » sont vraiment des synonymes ?

  • Spry

    @Julien, Geekz TV Je ne dis pas que la norme PEGI est parfaite, mais elle a au moins le mérite de poser une base.

    Après, pour les jeux 18+, il est clair que si j’avais des enfants, ils pourraient faire une croix dessus. Mais après, c’est ma conception d’une éducation. Y’a des règles, elles sont peut-être injustes, mais si vraiment il a envie de jouer à ce jeu, il attendra d’avoir l’âge.

    Je me souviens que quand j’étais plus jeune, il y avait une borne d’arcade dans un bar à côté de chez moi. Pour jouer, il fallait avoir plus de 16 ans. Pour un simple Puzzle Bubble. Ben j’ai attendu d’avoir l’âge pour y jouer, et sans dire que j’avais compris pourquoi on m’avait fait attendre, j’ai su que tout ne m’était pas accessible.

    Pour le temps de jeu, je pense que c’est une utopie de croire qu’un enfant, il se régule de lui-même. Si les parents ne donnait pas un forfait bloqué à leurs enfants, ils les exploseraient. Pareil, tu dis à un enfant « Tu as de beaucoup d’argent sur un compte en banque, mais évite de prendre plus de 20 euros par mois… », ça ne tiendra pas longtemps.

    Sauf exception, bien sûr.

    Après, quand tu dis que c’est à un enfant de choisir ses jeux, j’ai envie de dire qu’il faut savoir le conseiller dans ses choix.

  • Spry

    @Moossye Je ne pense pas que c’est la PEGI qui fait qu’un jeu est adulte ou non. Mais je me dis que c’est un point de départ pour savoir à qui on s’adresse.

    Quand tu sais qu’il y a un système de classification, tu sais jusqu’où tu veux aller, et à l’inverse, le public sait si ça va correspondre à une attente.

    Après, évidemment que « jeu pour adulte » et « jeu adulte » ne veut pas dire la même chose. Mais l’un comme l’autre, ça reste des appellations marginales qui mériteraient d’être plus souvent exploitées.

  • Quand ma petite sœur de 9 ans vient à la maison, elle joue avec moi en coop à Modern Warfare 2 ou a Halo 3, pourtant les deux jeux sont PEGI18 et PEGI16+… Mais elle rigole a voir les bombes exploser et autres coprs voler dans les airs, ça ressemble pour elle a un gros film hollywoodien du style Michael Bay. Et je ne note pas de pulsion meurtrière chez elle pour le moment, elle continue de jouer aux Lego et aux Playmobil…

    La PEGI ne sert à mon avis à pas grand chose, à part rassurer les parents qui n’ont que faire de leur gosse, car faut être honnête, personne ne réagit pas pareil face au langage grossier ou face à la violence… Sans compter que la tv est encore plus violente que les jeux, suffit de voir le journal de 20 heures et pourtant là, il n’y à pas d’indication.

  • Je suis sûrement un vieux con mais je serai plutôt du genre à respecter ces consignes, car elles me semblent, dans leur concept, peines de bon sens.

    Une amie de mes parents est venue avec sa fille de 5 ans chez nous il y a quelques années. Je regardais l’anime Elfen Lied (très violent). La petite n’a vu que quelques images et voulait regarder, ben non, j’ai arrêté car je ne voulais pas qu’elle regarde un DA si violent.

    Je ne vois pas quel mal il y a à vouloir préserver un peu la jeunesse.