Et si Link était noir ?

J'aime bien faire des "Et si".
Ça ne sert pas à grand chose OU ça fait un peu débat... Au choix.

Aujourd'hui : Et si Link était noir (ou plutôt "afro-hyrulien") ?

Remettons un peu les choses dans leurs contextes : Link, c'est le nom du héros de chaque jeu estampillé "The Legend of Zelda" depuis 1986. Shigeru Miyamoto (créateur de Mario et Pikmin, entre autres) lui a donné des cheveux blonds, des oreilles pointues et une tunique verte.

Voilà, ça, c'est la base.

Dans le monde, il y a des gens qui s'ennuient et qui s'amusent à essayer de trouver une timeline officielle pour comprendre le déroulement des différentes aventures.

Moi, ce que j'ai bien retenu depuis "The Wind Waker", c'est que des Link, il y en a un par génération, et qu'ils apparaissent quand il y a un grand danger (ou quand Nintendo a besoin de renflouer ses caisses).

Partant de ce principe, je me suis dit "Et si Link était noir ?" (d'ailleurs, ça fait trois fois que je pose la question).

Sérieusement, ça n'a rien d'impossible, hein ? Faut vivre avec son temps, non ?
Preuve en est, depuis l'année dernière, le nouveau Ultimate Spider-Man est latino-afro-américain, et il s'appelle Miles Morales.

Bon, l'audace, chez Marvel, ils connaissent : Iron-Man a un sérieux problème avec l'alcool, Wiccan et Hulkling sont en couple, etc.
Par contre, chez Nintendo, on attend toujours la moindre esquisse d'une direction qui ne soit pas aseptisée.

Maintenant, il faut aussi se rappeler que les joueurs n'aiment pas le changement.

Quand Nintendo et Shigeru Myamoto ont présenté le "Link Cel-Shadé" de The Wind Waker, ça a gueulé.
Plus proche de nous, quand Bioware a cloturé la trilogie Mass-Effect, ça a gueulé.
Et dernièrement, au-delà des joueurs, des personnes ont fait des pétitions pour que l'homosexualité disparaisse de Star Wars The Old Republic.

Du coup, il est clair que ce n'est pas demain qu'on verra un Link véritablement différent.
Mais j'aurais bien aimé...

| Par Spry, le 20 avril 2012 | Game Culture | 1 commentaire »